Pourquoi des associations chrétiennes lancent-elles un appel à l’occasion de cette présidentielle ?

Publié le 20 Avril 2012

Source : La Croix

LaCroix

Nouvelle présidente de Confrontations, la sociologue Françoise Parmentier a lancé l’ « appel des présidents de sept organisations chrétiennes aux Français qui vont voter ».

 

Elle articule réflexion intellectuelle et interpellation militante, en faisant référence aux Évangiles.

« L’appel signé avec nos amis est militant et je ne crains pas de dire que nous aurions pu être encore plus tranchants. En ce qui nous concerne, à Confrontations, nous souhaitons être un lieu de recherche et de débats, une source de réflexion chrétienne sur les sujets sensibles, et donner, en amont de l’interpellation, accès à une compréhension des situations vécues et de leurs causes. Les “sujets sensibles” sont l’injustice sociale, la pauvreté, l’exclusion… Il n’y a pas de contradiction entre une approche informée, raisonnée, voire intellectuelle du monde dans lequel nous vivons et l’appel très vif que nous cosignons aujourd’hui. Par exemple, nous avons organisé un colloque en fin d’année dernière sur l’islam. Quand on voit la stigmatisation actuelle des populations musulmanes, je crois que le travail de fond que nous avons réalisé apporte une bonne intelligibilité du vivre-ensemble. Nous ressentons aujourd’hui des fractures toujours plus graves dans la société. Nous voyons qu’un grand nombre de ses membres basculent vers l’exclusion, vers la pauvreté. Cela concerne aussi les intellectuels. Ils ne doivent pas se taire.

 

« Nous sommes dans le renfermement »

Il y a, dans l’appel, le mot “scandale” qui a un sens bien particulier pour les chrétiens. Pour moi, aujourd’hui, spontanément, le premier scandale est peut-être le repli hexagonal dans lequel nous sommes maintenus, notamment dans le cadre de l’actuelle campagne électorale où tout ce qui touche à l’Europe et aux questions internationales, aux autres pays, en particulier ceux du continent africain qui sont quand même dans une grande détresse, est assez absent du débat. Nous sommes dans le renfermement, comme si nous pouvions être hors monde.

J’ai beaucoup insisté pour qu’il y ait une référence à l’Évangile dans notre appel. En tant que chrétiens, différents textes des Évangiles ont un sens extraordinaire quant à la question de la solidarité et nous invitent à nous révolter et à agir contre l’injustice. Je pense en particulier à Matthieu 25 qui est une invitation à nous élever contre l’exclusion et contre la pauvreté, à exercer notre solidarité : “J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’étais étranger et vous m’avez accueilli…” 

Ce n’est pas rien pour un chrétien. La dimension eschatologique de Matthieu 25 semble aujourd’hui s’effacer. Pour moi, l’Évangile est subversif et appelle à un changement radical de regard et de comportement. C’est une question de responsabilité individuelle et collective. »

 

Recueilli par Antoine Peillon.

Rédigé par La Croix

Publié dans #Eglise et Politique

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :