À Rouen, la JOC veut en finir avec l’abstention des jeunes

Publié le 20 Avril 2012

Source : La Croix

LaCroix

 

 

Mercredi soir 11 avril, les membres de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) de Rouen invitent deux personnalités politiques locales pour un « temps élections », une initiative qui s’inscrit dans la campagne nationale lancée par l’association pour préparer les élections

 

Un jeune homme devant des panneaux d'affichage électoral, mardi 10 avril à Nice.

« En discutant avec les autres jeunes, nous nous sommes rendu compte qu’ils ne connaissaient pas grand-chose à la politique, qu’ils en étaient écœurés. » Le constat d’Édouard Bénard et Élodie Communier, à moins de deux semaines du premier tour de la présidentielle, est inquiétant. Pour prévenir le risque d’abstention, les deux « jocistes » de Rouen organisent à 18 heures une soirée consacrée aux élections.

Seront invitées Mélanie Boulanger, responsable locale du Parti socialiste, et Hélène Klein, élue communiste chargée de la jeunesse à la mairie de Rouen. « Nous leur avons expliqué qu’ils ne seraient pas là pour parler du programme de leur candidat, raconte Édouard, mais pour informer les participants et les aider à se sentir concernés. »

Au programme, le visionnage d’une vidéo réalisée par Édouard et Élodie, qui présente une petite dizaine de jeunes du quartier livrant leur vision de la politique. « Nous avons cherché à interroger des profils variés, travailleurs, étudiants, sans-emploi », assure Édouard. Qui remarque que « de nombreuses personnes ne comprennent pas très bien les enjeux de cette élection, pensent voter pour un candidat qu’ils trouvent charismatique ou ne pas voter du tout ». Ensuite, le lycéen de 17 ans, prévoit un dialogue et un Trivial Poursuit un peu réaménagé pour « expliquer ce que sont le vote et la démocratie ».

 

« Ce n’est pas une campagne de publicité pour les urnes »

Wassily Hauchard sera « logiquement » présent. « Il faut s’intéresser à la politique, sinon d’autres le feront pour nous, insiste-t-il. On n’a pas le droit de dire que les hommes politiques sont tous pourris si l’on ne s’intéresse pas. » Ce jociste âgé de 28 ans espère qu’au cours de la soirée seront abordés les thèmes qui lui tiennent à cœur, d’après lui pas suffisamment approfondis par les candidats : le partage des richesses, l’emploi et le chômage des jeunes, ainsi que la culture.

L’initiative des jocistes de Rouen s’inscrit dans le cadre de la campagne « Impose ta voix », lancée en octobre dernier par la JOC. « Nous organisons des temps élections à chaque échéance électorale depuis plus d’une dizaine d’années, rappelle Asmahan Bauchet, responsable nationale de la communication pour l’association. Mais cette année, nous avons lancé une campagne spécifique pour la présidentielle. »

« Ce n’est pas une campagne de publicité pour les urnes, précise Stéphane Haar, président de la JOC. Les jeunes savent que le vote n’est utile que s’il est le premier pas vers un engagement citoyen de tous les jours. » Il considère aussi la campagne comme un « message » adressé aux candidats : « Les jeunes, en particulier issus de milieux populaires, ont le sentiment qu’ils ne sont pas écoutés », déplore-t-il. L’initiative de la JOC prend alors tout son sens.

Émilie Massemin

Rédigé par La Croix

Publié dans #Eglise et Politique

Repost 0