Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin

Publié le 20 Juin 2015

Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin

 

 

L’ONU vient d’annoncer que le nombre de déplacés et de réfugiés a atteint le niveau record de 60 millions de personnes en 2014. Les images bouleversantes des migrants en Méditerranée et des Syriens fuyant les combats suffiront-elles à ouvrir nos cœurs et nos frontières au sort de milliers de personnes en attente du statut de réfugiés sur tous les continents? À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés qui a lieu chaque année le 20 juin, nous vous présentons un nouveau dossier dans la série initiée au début de l’année sur les Peuples déracinés, déplacés, exilés.

 

Notre quatrième dossier sur le déracinement mise sur l’engagement de personnes d’expérience dans l’accueil des réfugiés au Canada. Lorette Langlais et Mary-Ellen Francoeur témoignent de la résilience de ces femmes et ces hommes venus d’ailleurs.  Le journaliste canadien Jean-Claude Leclerc nous explique que « l’arrêt Singh » a établi en justice quel traitement accorder aux requêtes des réfugiés. L’histoire relue par Frédéric Barriault évoque l’intégration réussie des Acadiens et des Irlandais qui ont surmonté l’épreuve de l’exil. Gisèle Turcot présente le Projet Welcome sous la rubrique À l’œuvre pour la paix. Marie-Hélène Carette nous ouvre le chemin de la prière pour et avec les réfugiés.

 

Voici quelques extraits des textes que vous trouverez dans notre dossier :

Les crises humanitaires dans le monde amènent chez nous des réfugiés. Comment les accueillons-nous?  Sommes-nous en mesure de dépasser le choc culturel engendré par ce qui nous semble différent, menaçant? Pouvons-nous sortir de notre zone de confort?

Les préjugés, les stéréotypes ainsi que l’imaginaire collectif envers les étrangers nourrissent souvent des sentiments de xénophobie, le racisme et la discrimination. Pour briser ces barrières et déconstruire les croyances sources d’exclusion, pour combattre l’indifférence et la méfiance, il faut accepter d’être touché par les situations tragiques et inhumaines vécues par les réfugiés.

 

Lire la suite du texte de Lorette Langlais

Les réfugiés ont-ils vraiment des « droits »? le Canada échappe à ses responsabilités internationales quant à la protection des réfugiés et jette dans les bras de passeurs sans scrupules des gens démunis à qui l’on fait un crime de vouloir sauver leur vie ou leur liberté.

 

Lire le texte Le Canada, l’arrêt Singh et les réfugiés par Jean-Claude Leclerc

Tout au long de ma vie, j’ai rencontré des gens et visité des endroits un peu partout au monde et c’est, en fin de compte, le contact avec des gens déracinés qui m’a le plus touchée. Ces récits ne traduisent que quelques-unes des images et du vécu de ces personnes déracinées que je conserve précieusement. Il s’agit toujours d’individus immensément beaux et courageux. Ils nous ont permis d’ouvrir nos yeux et nos cœurs à la réalité de la vulnérabilité et de la solitude.

 

Lire À la rencontre des réfugiés par Mary-Ellen Francoeur

Exil, exode, racines : des mots lourds de sens. Il y a longtemps eu chez nous une tradition littéraire insistant sur les liens quasi « mystiques » unissant le paysan, l’Habitant canadien-français, à la terre qui l’a vu naître et grandir. Et au déchirement de celui qui doit vendre la terre qui a été défrichée et labourée par son aïeul et son bisaïeul. Tradition qui insiste abondamment sur le drame et la nostalgie qui animent celui qui doit quitter — de gré ou de force — cette terre dans laquelle plongent ses propres racines.

 

Lire le texte De racines et d’Irlande de notre correspondant Frédéric Barriault

Le Projet Welcome consiste à favoriser les contacts entre des nouveaux arrivants et des familles françaises ou des communautés religieuses prêtes à les héberger pendant un temps  déterminé, de quatre à cinq semaines, soit la période qui les sépare de leur accueil en centre d’hébergement public. Accueilli et accueillant peuvent compter sur une personne-référence pour établir les attentes réciproques, ajuster les modalités du séjour et parler du type de lien qu’on souhaite entretenir avec la personne accueillie.

 

Prier pour les réfugiés

 

Seigneur, Dieu de l’Univers,
Toi qui es PAIX,
Reconfigure-nous un cœur à l’écoute de ton humanité déchirée:
Rends-nous ponts vers l’autre

 

Lire la suite de la Prière pour les exilés de la Terre de Marie-Hélène Carette

 

Tu te souviens Marie,
du petit matin où il fallut partir si vite
parce qu’ils voulaient tuer l’enfant ?
Tu te souviens qu’on ne savait que prendre
et que faire du chat
et que l’enfant pleurait ?

 

Lire la suite de Notre-Dame des Déportés de Gilles Bussières

 

 

Publié dans #Actualité

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :