Dimanche 22 février 2015 – 1er dimanche du carême

Publié le 21 Février 2015

Dimanche 22 février 2015 – 1er dimanche du carême

LECTURES DE LA MESSE

 

 

PREMIERE LECTURE Livre de la Genèse (9,8-15)

Quand deux personnes font un pacte d’amitié, elles échangent un geste, elles se donnent un signe. C’est ce que Dieu fait avec Noé.

 

PSAUME 24

Tes chemins, Seigneur, sont amour et vérité pour qui garde ton alliance.

 

DEUXIEME LECTURE Première lettre de saint Pierre Apôtre (3, 18-22)

L'Apôtre Pierre nous rappelle que le baptême nous ouvre à une vie nouvelle.

 

EVANGILE de Jésus Christ selon saint Marc 1, 12-15

Jésus se rend au désert pour se préparer à sa mission

 

____________________________________

 

Réflexion chrétienne sur l'Évangile de dimanche

http://cursillos.ca/formation/reflexions-dominicales/annee-B/R-B18-Car1.htm

 

Une prière universelle

http://www.berceau-du-fer.com/2015/02/priere-universelle-du-1er-dimanche-du-careme.html

 

Liturgie du 1er dimanche du carême

http://soulifan.institutionlibredemarcq.com/index.php?id=3318

 

ADAP

http://diocese.ddec.nc/cern/ADAP_1/annee_b/careme/careme01_b.htm

 

____________________________________

 

Pour aller plus loin

 

Détails :

-Lorsque nous sommes baptisés, Dieu s’engage envers nous. Nous devenons des « enfants de Dieu » ; ses enfants ! Tous ceux qui ont des enfants savent qu’on ne peut pas « faire » des enfants s’engager à les nourrir ensuite, les loger, les faire grandir…

-Sur ce dessin, Dieu s’engage, il a déjà signé. Il demande un retour au baptisé.

-Le baptême n’est pas un tampon qui donne droit aux sacrements (la communion, la confirmation, la confession, le mariage…), c’est d’abord un don. Dieu donne sa vie pour moi. Dieu s’engage pour moi (regarde sur le dessin, à l’endroit où il faut signer, que vois-tu ? Qu’il y a une croix sur le capuchon du stylo. C’est l’engagement de Dieu. Il s’engage à m’aimer même si je le renie, à m’aimer même si je le trahis, à m’aimer jusqu’à mourir, et même mourir sur une croix.

-Le lapin essaie de se défausser. « on ne lui avait pas dit » qu’il y a un retour d’engagement. Peut-être n’ai-je pas demandé à être baptisé(e) ? Peut-être que maintenant, je sens que je me suis fait(e) avoir et que je dois m’engager de façon obligée ? Si c’est le cas, il vaudrait mieux d’abord que je comprenne ce qu’est vraiment le baptême, tout ce dont j’ai reçu. Après, je risque d'être plutôt content d'avoir été baptisé(e)...

 

Questions

-Le lapin accuse l’autre « on ne me l’a pas dit ». C’est souvent plus simple de dire cela. Ca déresponsabilise. C’est comme si on disait « ce n’est pas de ma faute », et hop, problème réglé. Quand je m’engage à quelque chose, est-ce que je réfléchis aux conséquences ?

Si ça ne tourne pas comme je l’avais prévu, est-ce que je me défausse sur quelqu’un, est-ce que j'abandonne en cherchant ailleurs, ou est-ce que j’assume ?

Trouve un exemple en quoi tu t’es défaussé(e) et un autre exemple en quoi tu as assumé la responsabilité de ton choix.

Repost 0